Boheim

De Nephilim

Le Boheim est un fait et une culture, qui touche tous les humains, mais surtout les Bohémiens, qui lui doivent leur nom et leur appellation de "Peuple du Boheim".

Jadis, à l'époque de l'Atlantide, Del, la préférée de Ka-ïa, obtint de celle-ci une bénédiction, un rêve qu'elle insuffla dans les humains qu'elle avait emmené avec elle et les Muses dans son Jardin élémentaire, qui devait prendre plus tard le nom de Jardin du Boheim ou Jardin d'Eden. Ce rêve, sapience qui désormais évolue dans le sang des Bohémiens, se répandit à tous les hommes, qui dès lors connurent la sensualité, le désir, la complicité et même l'amour. Ce fut l'avènement de l'Art.

Néanmoins, si cette illumination fut commune, elle n'atteignit son paroxysme que chez les Bohémiens qui vivent le Boheim, là où les gadje ne perçoivent qu'une féerie troublante. Pour autant, les Bohémiens eux-mêmes ne sont pas tous sensibles au Boheim, cette force inspiratrice et créatrice, alors que d'autres humains, n'ayant aucun lien avec les Bohémiens, semblent parfois touchés par cette grâce. Le Boheim est souvent considéré chez le Peuple-mémoire comme la source de leur soif de liberté et de leur endurance face à l'oppression.

Pour Del, qui devint par la suite Pelagos, et les Muses, le Boheim apporta une illumination : l'Art, par le Boheim, serait la clé de la Révélation et du chemin vers l'Agartha.


Références dans les suppléments suivants


Figures, pp.4.88.90
Testament, p.10
Exils, p.136

Voir aussi les concepts suivants


Bohémiens, Pélagos, Roms